Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10553/55833
Title: Résultats du suivi 2010-2012 de l'évolution de la brèche ouverte sur la Langue de Barbarie au Sénégal et de ses conséquences
Other Titles: Results of the 2010-2012 monitoring of the evolution of the breach in the Barbary Tongue in Senegal and its consequences
Authors: Aldiouma Sy, Boubou
Alonso Bilbao, Ignacio 
Abou Sy, Amadou
Sánchez Pérez, Isora
Rodríguez Valido, Silvia
UNESCO Clasification: 250607 Geomorfología
250618 Sedimentología
250507 Geografía física
Keywords: Cordon littoral
Évolution morphosédimentaire
Fleuve Sénégal
Gandiolais
Géomorphologie littorale, et al
Issue Date: 2013
Journal: Physio-géo 
Abstract: Les résultats du projet ESEDSEN (Étude sédimentaire du Sénégal) constituent une contribution à la connaissance de l'évolution spatio-temporelle récente de la brèche artificiellement ouverte en 2003 sur la Langue de Barbarie et de ses conséquences. Les profils topographiques réalisés entre octobre 2010 et décembre 2011, indiquent que la rive nord a progressé de 550 m vers le sud entre le 1er mars et le 31 décembre 2011. Dans le même temps, cette rive s'est élargie de près de 100 m. La rive nord fonctionne comme un pôle d'accumulation et/ou de redistribution de débits solides qui alimentent la formation de bancs de sable à l'intérieur et/ou à proximité de l'embouchure du fleuve Sénégal. Sur la même période, la rive sud a régressé de 830 m. La largeur de la brèche fluctue au gré des saisons et des facteurs hydrodynamiques, mais dans une dynamique générale d'élargissement (28 m/mois en moyenne sur la période d'observation). En octobre 2012, la Langue de Barbarie a subi une rupture naturelle importante un peu plus au sud. Cette dynamique de la brèche expose la rive gauche de la lagune de Mboumbaye (falaise du Gandiolais) à une érosion rapide, le recul du rivage dépassant 15 m/an dans les secteurs les plus touchés. Les potentialités économiques et environnementales du littoral du Gandiolais se trouvent ainsi menacées par la migration méridionale de l'embouchure du fleuve Sénégal.
The results of ESEDSEN (Étude sédimentaire du Sénégal – Sedimentary Study of Senegal) project are a contribution to the knowledge of the recent space-temporal evolution of the breach artificially opened in 2003 on the Langue de Barbarie and its consequences. Topographic profiles carried out between October 2010 and December 2011 indicate that the north bank rose 550 m to the south between March and December 2011. Meanwhile, the same bank has expanded nearly 100 m. The northern shore functions as a storage and/or redistribution center of sediment discharge fueling the formation of sandbars in and/or near the mouth of the Senegal River. During the same period, the south bank fell by 830 m. The width of the gap fluctuates because of the seasons and hydrodynamic factors, but in a general expansion dynamics (28 m/month on average over the period of observation.) In October 2012, the Langue de Barbarie went through a major natural break a little further in the South. This dynamics of the breach exposes the left bank of the lagoon of Mboumbaye (Gandiolais cliff) to rapid erosion, shoreline retreat being greater than 15 m/year in the most affected sectors. The economic and environmental potential of the Gandiolais coastline are then threatened by the southern migration of the mouth of the Senegal River.
URI: http://hdl.handle.net/10553/55833
ISSN: 1958-573X
DOI: 10.4000/physio-geo.3569
Source: Physio-Geo [ISSN 1958-573X], v. 7, p. 223-242, (2013)
Appears in Collections:Artículos
Unknown (2,7 MB)
Show full item record

Page view(s)

46
checked on May 17, 2021

Download(s)

32
checked on May 17, 2021

Google ScholarTM

Check

Altmetric


Share



Export metadata



Items in accedaCRIS are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.